massacrer


massacrer

massacrer [ masakre ] v. tr. <conjug. : 1>
XVI e; macecler v. 1165; lat. pop. °matteuculare, de °matteuca « massue »
1(1564) Tuer avec sauvagerie et en masse (des êtres qui ne peuvent pas se défendre). détruire , exterminer. Massacrer des civils, des prisonniers.
2(v. 1600) Assassiner (une seule victime) qui ne peut se défendre. Terroristes qui massacrent leur otage.
Mettre à mal (un adversaire en état d'infériorité). fam. amocher, démolir, écharper, esquinter.
3 ♦ SE MASSACRER v. pron. (récipr.). Se tuer les uns les autres ou l'un l'autre en un combat sanglant. se détruire. « ils vont se battre, tous ces imbéciles, se faire casser le profil, se massacrer » (Hugo).
4(mil. XVIe) Fam. Mettre (une chose) en très mauvais état. abîmer, fam. bousiller, saccager. Une vieille dame « massacrait une devanture à coups de parapluie » (Morand). Massacrer une forêt.
5(1564) Endommager involontairement par un travail maladroit et brutal, par une mauvaise exécution. Massacrer un texte en le disant, en le traduisant. défigurer. « monsieur de Bartas qui massacra le grand air de Figaro » (Balzac).
6Critiquer avec violence. démolir. Les critiques ont massacré son roman (cf. Descendre en flammes).

massacrer verbe transitif (ancien français macecler, du latin populaire matteuculare, de matteuca, massue) Tuer des personnes avec sauvagerie et en masse : Les troupes ont massacré la population du village. Tuer des animaux en grand nombre : On massacre les phoques pour leur peau. Tuer quelqu'un avec sauvagerie, l'assassiner : Les terroristes ont massacré leurs otages. Mettre à mal un adversaire en usant de sa supériorité : Le champion a massacré son challenger. Familier. Abîmer, endommager quelque chose par un travail maladroit : Il a massacré les peintures en posant l'électricité. Représenter, exécuter maladroitement une œuvre littéraire, musicale, etc., au point de la défigurer. Critiquer quelqu'un, une œuvre avec violence, les démolir. ● massacrer (synonymes) verbe transitif (ancien français macecler, du latin populaire matteuculare, de matteuca, massue) Tuer des personnes avec sauvagerie et en masse
Synonymes :
- décimer
Tuer quelqu'un avec sauvagerie, l'assassiner
Synonymes :
- égorger
Familier. Abîmer, endommager quelque chose par un travail maladroit
Synonymes :
- abîmer
- bousiller (familier)
- gâcher

massacrer
v. tr.
d1./d Tuer en grand nombre et avec sauvagerie (des êtres sans défense). Massacrer des otages.
d2./d Fig. Mettre à mal (un adversaire nettement inférieur). Boxeur qui massacre son adversaire.
d3./d Fig. Mettre (qqch) en très mauvais état.
|| Gâter par une exécution maladroite (une oeuvre musicale, théâtrale, etc.).

⇒MASSACRER, verbe trans.
A. — 1. Tuer avec sauvagerie et en grand nombre des êtres qui ne peuvent se défendre. Synon. exterminer. Massacrer des enfants, des femmes, des orphelins, des prisonniers, des vaincus. Barbares, ces hommes que vous allez massacrer sont vos frères, ils sont innocents, ils sont opprimés (MARAT, Pamphlets, Affreux réveil, 1790, p.243). Des milliers de bêtes sont massacrées inutilement, chaque jour, sans l'ombre d'un remords (ROLLAND, J.-Chr., Buisson ard., 1911, p.1412):
1. Nous gardons le souvenir d'une guerre atroce qui a fait des milliers, des dizaines de milliers, des centaines de milliers, des millions de victimes parmi nos frères, qui furent massacrés par les bourreaux fascistes...
Déclar. univ. Dr. Homme, 1949, p.12.
Emploi abs. On a pillé, saccagé, brûlé, massacré pour la gloire de l'Évangile (CLEMENCEAU, Iniquité, 1899, p.181).
Emploi pronom. réciproque. C'est assez pour exciter l'animosité des Arabes, et fournir aux Anglais une bonne raison d'occuper une contrée où tout le monde se massacrerait s'ils n'y faisaient pas la police (THARAUD, An prochain, 1924, p.169).
Part. passé en emploi subst. On se demandait si c'était (...) un massacré de septembre, noble ou prêtre, oublié dans une cave du voisinage (A. FRANCE, Dieux ont soif, 1912, p.71). On empile dans des charrettes les cadavres des massacrés (FAURE, Hist. art, 1921, p.140).
2. P. ext. Tuer avec sauvagerie, d'une manière particulièrement odieuse. Synon. abattre, assassiner, égorger. Plus de deux cents Indiens le massacrèrent sur-le-champ, à coups de massue et de pierres (Voy. La Pérouse, t. 3, 1797, p.199). On venait de massacrer les consuls de France et d'Allemagne (...) de graves événements semblaient se préparer (LOTI, Mariage, 1882, p.291):
2. Celui-là, c'est un coeur de marbre qui ne connaît que la consigne et qui massacrerait père et mère en criant: «Vive le tsar!»
G. LEROUX, Roul. tsar, 1912, p.38.
Emploi pronom.
réfl. Si tu dis un seul mot, mon roi, je me massacre (HUGO, Théâtre en lib., 1885, p.217).
réciproque. Ah! la malheureuse! murmura alors la jeune femme, quand on pense que deux hommes vont se massacrer pour elle! À sa place, je n'en dormirais plus (ZOLA, Pot-Bouille, 1882, p.296).
3. En partic. Abattre au jeu de massacre. Anatole massacra un monsieur bien mis, et après avoir raté les autres, il s'en fut, vexé d'être traité de maladroit par sa maîtresse (HUYSMANS, Soeurs Vatard, 1879, p.80).
B. — 1. P. exagér. [Le compl. d'obj. désigne une pers.] Mettre à mal en faisant preuve de brutalité (généralement une personne en état d'infériorité). Synon. brutaliser, malmener; (fam. et pop.) amocher, démolir, esquinter, éreinter. Quand il revenait soûl, il lui fallait des femmes à massacrer. Il ne s'apercevait seulement pas que Lalie était toute petite; il n'aurait pas tapé plus fort sur une vieille peau (ZOLA, Assommoir, 1877, p.689). Le public américain (...) idolâtrait Ram et son terrible punch. Ram saurait bien massacrer n'importe quel Européen de sa catégorie (MORAND, Champions du monde, 1930, p.115).
Emploi pronom. réciproque. Pendant près de trois ans, le ménage s'était massacré: puis, un soir de moisson, la gueuse s'en était allée comme elle était venue (ZOLA, Terre, 1887, 46).
Au fig. Massacrer qqn de qqc. Accabler. Synon. tuer; (fam. et pop.) crever, esquinter, éreinter. Elle le traitait en vraie bête, tapant sur lui, le massacrant d'ouvrage, abusant de sa force de brute (ZOLA, Terre, 1887, p.380). Continuez à me massacrer de douleur. Encore un peu de cette déchirante musique et je me fais sauter la cervelle jusque sur votre couverture (AUDIBERTI, Mal court, 1947, II, p.159).
2. [Le compl. d'obj. désigne une chose]
a) [Le suj. désigne une pers.]
Abîmer, détruire avec brutalité, avec violence. Synon. détériorer, saccager, bousiller (fam. et pop.). Il lui semblait piétiner des roses, massacrer des choses précieuses par rage qu'elles ne fussent pas à lui, déchirer des émotions inretrouvables (MALÈGUE, Augustin, t. 2, 1933, p.93).
Emploi pronom. réfl. indir. [Elle allait] se massacrer les mains au grenier, à fourrager parmi les vieilles caisses (MONTHERL., Pitié femmes, 1936, p.1086).
Gâter de façon irréparable. Synon. détruire, saccager. Cette vie est trop courte pour que nous la massacrions de vains regrets (LOTI, Journal, 1878-81, p.38). Ils finissent, après avoir ainsi eux-mêmes massacré leur espace vital, par nier leur propre existence (MOUNIER, Traité caract., 1946, p.305).
Part. passé en emploi adj. Étienne regardait fixement ce sein énorme, dont la blancheur molle tranchait avec le teint massacré et jauni du visage (ZOLA, Germinal, 1885, p.1330).
En partic. Gâter involontairement par un travail maladroit ou brutal, par une interprétation ou une exécution très mauvaise. Synon. défigurer. Massacrer un air, une partition, un rôle. Chabran commença à massacrer sur son harmonium un andante de Haydn (ROLLAND, J.-Chr., Maison, 1909, p.1038). Pour faire exister dans sa vérité un morceau de musique, il fallait en rendre les nuances et non le massacrer (BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p.70).
♦[P. méton. du compl.] Un poète symboliste lit à un de ses amis la description d'une maîtresse. — Est-il possible, s'écrie l'ami, de massacrer ainsi une femme! (RENARD, Journal, 1892, p.109).
b) [Le suj. désigne une chose]
Causer des dommages irréparables à quelque chose. Tant de précieux palimpsestes ont été massacrés par des réactifs barbares (L'Hist. et ses méth., 1961, p.1106).
Gâter de façon irréparable. Elle se faisait remarquer par une beauté régulière, correcte, massacrée par les travaux qui, dès l'enfance, la courbèrent sur des tâches pénibles (BALZAC, Pts bourg., 1850, p.23). Toute joie tomberait désormais pour lui sur une âme saccagée, sur un avenir massacré par cette double mort (MALÈGUE, Augustin, t. 2, 1933, p.332).
Prononc. et Orth.:[], (il) massacre []. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) ca 1160 «tuer en frappant avec acharnement» maceclés (Moniage Guillaume, 1674 ds T.-L.); 1306 masacrez (GUILLAUME GUIART, Royaux Lignages, I, 110, éd. J. A. Buchon); b) 1564 «tuer, égorger en masse des hommes ou des animaux qui ne se défendent point» (THIERRY); c) 1630 «tuer quelqu'un qui ne peut se défendre» (D'AUBIGNÉ, Vie, XXVIII ds LITTRÉ); d) 1690 «couvrir de blessures» (FUR.); 2. 1642 «faire très mal une besogne» (OUDIN, Seconde part. des Recherches ital. et françoises, p.360). D'un lat. pop. matteuculare, dér. gallo-rom. de matteuca (v. massue), hyp. de E.POPPE ds FEW t. 6, 1, p.517a. Fréq. abs. littér.:831. Fréq. rel. littér.: XIXe s.: a) 1269, b) 1340; XXe s.: a) 1300, b) 947.
DÉR. Massacreur, -euse, subst. et adj. a) (Personne) qui massacre. On a vu les massacreurs de septembre massacrer l'un d'entre eux pour avoir volé durant leurs exécutions (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 2, 1823, p.38). Nous sommes (...) avec les derniers païens contre les évêques massacreurs (CLEMENCEAU, Vers réparation, 1899, p.320). La nature, massacreuse des individus en même temps que génératrice des espèces (BERGSON, Deux sources, 1932, p.297). b) (Personne) qui détruit, gâche. Les niveleurs et massacreurs de toute royauté (SAINTE-BEUVE, Nouv. lundis, t. 5, 1863, p.422). Un esprit de sectaire, un massacreur de facultés (BAUDEL., Curios. esthét., 1855, p.153). En partic. Synon. de massacre. Cet ouvrier est un véritable massacreur (Ac. 1935). [], fém. [-oz]. Att. ds Ac. dep. 1798. 1res attest. a) 1574 «personne qui accomplit un massacre» (J. DE LÉRY, Hist. de Sancerre, p.203 ds DG), b) 1834 «personne qui gâte un ouvrage» (LAND.); de massacrer, suff. -eur2. Fréq. abs. littér.: 25.

massacrer [masakʀe] v. tr.
ÉTYM. 1553; maçacrer, v. 1307; macecler, v. 1165; du lat. pop. matteuculare, de matteuca « massue ».
A
1 (1564). Compl. désignant des personnes. Tuer avec sauvagerie et en masse (des êtres qui ne peuvent pas se défendre). Détruire, exterminer, immoler. || Massacrer des vaincus, des prisonniers, les habitants d'un pays occupé. || Les Romains furent massacrés, se firent massacrer par centaines (→ Hécatombe, cit. 6). || Hérode fit massacrer les enfants. || Massacrer une famille (→ Guerre, cit. 8). Absolt. || Troupes qui pillent et massacrent.
1 Les choses recommencèrent avec un caractère nouveau et singulier d'atrocité (…) Tous ensemble furent massacrés et jetés à la rivière.
Michelet, Hist. de France, t. XI, p. 397.
Absolument :
2 On ne massacre jamais que par peur, la haine n'est qu'un alibi.
Bernanos, les Grands Cimetières sous la lune, p. 126.
2 (V. 1185). Assassiner (une seule victime) qui ne peut se défendre. || Il s'est fait massacrer. Assassiner, bousiller (fam.), égorger, exterminer (→ Massacre, cit. 2).
3 César a-t-il été massacré au milieu du Sénat ?
La Bruyère, les Caractères, XVI, 22.
Fam. Mettre à mal (un adversaire en état d'infériorité). Pop. Amocher, démolir, écharper, esquinter.
4 Il idolâtrait Ram et son terrible punch. Ram saurait bien massacrer n'importe quel Européen de sa catégorie (…)
Paul Morand, Champions du monde, p. 104.
3 V. pron. || Se massacrer, se tuer les uns les autres ou l'un l'autre en un combat sanglant. Détruire (se).
5 Et il paraît qu'ils vont se battre, tous ces imbéciles, se faire casser le profil, se massacrer, en plein été, au mois de juin, quand ils pourraient s'en aller, avec une créature sous le bras, respirer dans les champs l'immense tasse de thé des foins coupés.
Hugo, les Misérables, IV, XII, II.
6 Jamais ils ne s'adressaient la parole. Peut-être bien que, le jour où éclaterait une querelle, ils se massacreraient.
Zola, la Terre, V, I.
B (Mil. XVIe). Fig. et fam.
1 Mettre (une chose) en très mauvais état. Abîmer, saccager. || Massacrer les pousses d'un arbre à coups de cravache (→ Hacher, cit. 10). || Massacrer le bras de qqn avec son poignard (→ Labourer, cit. 8). || « Je massacrai l'albâtre, et la neige et l'ivoire » (cit. 3, Hugo).
7 Hier, dans Broadway, une vieille dame maigre, habillée comme la Vertu, massacrait une devanture à coups de parapluie (…)
Paul Morand, Champions du monde, p. 77.
2 (1640). Endommager involontairement, par un travail maladroit et brutal, par une mauvaise exécution. Bousiller (fam.), gâter. || Massacrer une volaille en la découpant.Au p. p. || Chevelure massacrée par un coiffeur maladroit.Massacrer un texte en le disant, en le traduisant. Défigurer. || Pianiste qui massacre une sonate.
8 Du Châtelet fut alors requis d'accompagner monsieur de Bartas qui massacra le grand air de Figaro.
Balzac, Illusions perdues, Pl., t. IV, p. 548.
DÉR. Massacrant, massacre, massacreur.
HOM. V. Massacre.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Massacrer — Mas sa*crer, n. One who massacres. [R.] [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • massacrer — Massacrer, Trucidare, Mactare …   Thresor de la langue françoyse

  • massacrer — Massacrer. v. a. Tuer, assommer des hommes qui ne se défendent point. On massacra quatre mille personnes cette nuit là. ils furent tous cruellement massacrez …   Dictionnaire de l'Académie française

  • massacrer — (ma sa kré) v. a. 1°   Faire un massacre. •   On m assure qu à la bataille de Frauenstadt, le maréchal Renschild fit massacrer de sang froid douze ou quinze cents Moscovites qui demandaient la vie à genoux, six heures après la bataille, VOLT.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • MASSACRER — v. a. Tuer, égorger des hommes qui ne se défendent point. On massacra quatre mille personnes dans cette nuit là. Ils furent cruellement massacrés.   Par exagérat., Il a été massacré, Il a reçu un grand nombre de blessures.  Il se dit, quelquefois …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • MASSACRER — v. tr. Tuer, égorger des hommes qui ne se défendent point. On massacra quatre mille personnes cette nuit là. Ils furent cruellement massacrés. Par exagération, Il a été massacré, Il a reçu un grand nombre de blessures. Il se dit, par extension,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • massacrer — v.t. Mal exécuter, mutiler, défigurer un ouvrage : Massacrer le boulot …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • massacrer — noun see massacre II …   New Collegiate Dictionary

  • massacrer — See massacre. * * * …   Universalium

  • massacrer — noun One who massacres …   Wiktionary